Les différences entre la signature électronique et manuscrite

Au cours de notre vie, nous signons notre nom des milliers de fois – sur des chèques, des demandes de prêt, des licences de mariage – la liste est infinie. Les signatures sont utilisées de la même manière depuis l’Antiquité, en inscrivant son propre nom. Ces dernières années, les communautés juridiques et commerciales s’empressent d’adopter ces nouvelles techniques de signature électronique pour remplacer les signatures manuscrites – mais dans quelle mesure les signatures manuscrites et numériques sont-elles différentes ?

Similitudes des signatures manuscrites et électroniques

Les signatures manuscrites et électronique présentent certaines similitudes :

A lire également : Formation massage bien-être : par quoi commencer ?

  • Toutes deux fournissent les services de sécurité que sont l’authentification identité, l’intégrité des données et la non-répudiation.
  • Les signatures manuscrites et numériques ont toutes deux un statut juridique, et le statut juridique des signatures numériques s’accroît avec l’adoption de diverses lois nationales et d’État pour devenir l’égal (ou plus) des signatures manuscrites.

Différences entre la signature manuscrite et la signature électronique

Les différences entre les signatures numériques et manuscrites sont les suivantes :

Lire également : Tout ce que vous devez changer dans votre CV pour réussir

  • Une signature manuscrite est biologiquement liée à un individu spécifique, tandis qu’une signature numérique repose sur la protection accordée à une clé de signature privée par le signataire, et les procédures mises en œuvre par une autorité de certification comme Electronic IDentification.
  • La signature manuscrite est sous le contrôle direct du signataire, alors que la signature numérique doit être appliquée par un ordinateur commandé par le signataire.
  • La falsification des signatures manuscrites est pratiquée depuis des siècles, alors que la falsification des signatures électronique, en l’absence de compromission de la clé privée de signature, ou de détournement du mécanisme de signature, est pratiquement impossible. Les mécanismes de falsification des signatures manuscrites et électronique sont fondamentalement différents.
  • Le service d’intégrité des données fourni par les signatures électronique est beaucoup plus solide que celui fourni par les signatures manuscrites.
  • Les signatures manuscrites peuvent être attestées, alors que les signatures électroniques ne peuvent pas l’être – bien qu’elles puissent être notariées.
  • Les signatures manuscrites sont intrinsèquement protégées contre la répudiation, alors que les signatures électroniques nécessitent l’horodatage par un tiers pour renforcer leur service de sécurité contre la répudiation.
  • Les signatures manuscrites sont toutes à peu près équivalentes dans le niveau de sécurité qu’elles offrent (bien que leur niveau d’assurance puisse être augmenté par des techniques telles que l’utilisation d’encres et de papiers spéciaux, de témoins, de notaires et de cartes de signature). Les signatures électroniques varient considérablement dans la force des services de sécurité qu’elles offrent, en fonction de la politique de certification associée au signataire.
  • Les signatures manuscrites sont extrêmement simples et faciles à comprendre. Les techniques médico-légales utilisées pour détecter les fraudes sont faciles à expliquer aux avocats, aux juges et aux jurés. Les signatures électroniques sont complexes, impliquant une théorie des nombres obscure, le fonctionnement des systèmes d’exploitation informatiques, les protocoles de communication, le traitement des chaînes de certificats, les politiques de certificats, etc. Il y a très peu de personnes sur cette planète qui comprennent parfaitement tous les processus impliqués dans la génération et la vérification d’une signature électronique. Le potentiel de confusion des avocats, des juges et des jurys existe.