CBD en France : l’Union européenne juge l’interdiction française illégale

CBD légal

En France, le chanvre et le CBD font l’objet d’une législation stricte, qui est plutôt à leur encontre : peu encouragés à la commercialisation, ce sont deux produits qui connaissent une publicité plutôt négative dans l’Hexagone, malgré les opportunités. C’est désormais considéré comme une action illégale par l’Union européenne qui rappelle que le CBD n’est pas du cannabis. Retour sur et explications de l’actualité.

Cannabis ou CBD : législation française

Les termes peuvent rendre confus les néophytes du domaine : chanvre, cannabis, CBD, quelles sont les différences ? Et surtout, comment expliquer que ces éléments bénéficient tous d’un statut législatif différent ? En France, le cannabis est interdit à la culture, à la commercialisation et à la consommation, mais le chanvre est autorisé à la culture et la commercialisation (avec les graines et les feuilles de chanvre), tandis que le CBD est autorisé aussi à la consommation selon un certain seuil.

A lire en complément : En quoi consiste le nettoyage industriel ?

Cette différence réside essentiellement dans des subtilités : ce qui est autorisé, c’est l’utilisation des graines et fibres du cannabis, pour un usage commercial. Il y a quelques semaines, deux entrepreneurs marseillais ayant utilisé la totalité de cette plante pour un produit de vapotage ont été condamnés par la justice française, qui au passage, interdisait l’usage du CBD. Une décision contestée à l’échelle européenne.

La législation européenne et internationale

Le CBD, contrairement au cannabis, est un cannabinoïde sans effet psychotrope. Cela signifie que la molécule ne provoque pas les effets psychologiques négatifs que l’on associe souvent à la consommation de cannabis, qui est en réalité celle du THC, tétrahydrocannabidiol. De fait, une réglementation européenne avait permis d’aligner les attentes face aux demandes : tout produit à base de cannabis peut être vendu à condition de ne pas dépasser un seuil de 0,2% de THC. Ce chiffre peut être moindre selon les pays, comme c’est le cas de la France qui mène une politique anti-cannabis.

A lire également : 3 sorties familiales à faire en Hollande

D’autres pays sont en revanche plus souples, comme l’Autriche, les Pays-Bas ou la Belgique, qui autorise la culture, la vente et la commercialisation de produits à base de cannabis. Certaines boutiques ont d’ailleurs ouvert et sont 100% légales. Pour la France, la limite est encore trop ténue, mais si la législation européenne rend illégale cette décision de bannir le CBD des ventes françaises, alors il faudra penser à développer la filière autrement.

Avenir de la filière

Le CBD est une molécule d’avenir pour beaucoup de secteurs. La beauté, la cosmétique, mais aussi la santé, ont de plus en plus recours au CBD, qui favorise des guérisons en toute sécurité. C’est par exemple très recommandé pour soulager les douleurs dans le cadre de maladies chroniques ou auto-immunes, ou bien pour régler des problèmes de peau.

De plus, en France, la culture du chanvre est génératrice de nombreux emplois. Les terres rurales françaises possèdent d’excellents sols pour une culture efficace de cette plante, qui permet de créer des produits comme l’huile de chanvre utilisée par Cibdol. Il sera donc intéressant de voir quel choix fera la France face à cette interdiction : assouplissement des règles ou renforcement, affaire à suivre.