NFT : la toute première vente aux enchères en France

Connaissez-vous les NFT ? Nouveaux incontournables dans le monde de l’art, ces œuvres numériques ne cessent de faire parler d’elles depuis deux ans, et ce, dans le monde entier. Désormais connues du grand public, elles suscitent un enthousiasme grandissant. La preuve encore en ce mois de mars 2022, puisque la maison FauveParis organisait la semaine dernière la première vente aux enchères française de NFT (‘non-fungible token’» ou “jetons non fongibles”). Le point dans cet article sur cet événement hors du commun. 

Les commissaires-priseurs autorisés à vendre des NFT 

Jusqu’à présent, les investisseurs pouvaient acheter du crypto-art uniquement sur Internet (via une plateforme NFT) ou dans des galeries spécialisées. Les choses sont en train de changer : si auparavant les salles de ventes françaises n’étaient pas autorisées à proposer des œuvres virtuelles aux acheteurs, c’est maintenant possible. En effet, la loi ayant été modifiée, il n’est désormais plus interdit de vendre des biens meubles incorporels (dont font partie les NFT) lors de ventes publiques. La France s’aligne donc sur d’autres pays comme les États-Unis ou la Belgique, dans lesquels ce type de ventes aux enchères est permis depuis quelque temps. La maison de vente FauveParis a donc exposé une quarantaine d’œuvres numériques (photos, vidéos, GIF…) et a atteint les 120 000 euros.

A voir aussi : Les matériaux du moment pour l’isolation thermique

Les NFT, c’est quoi exactement ? 

Les NFT s’apparentent à des actifs stockés sur la blockchain (comme les cryptomonnaies). Il s’agit de créations digitales uniques, qui peuvent prendre la forme d’une chanson, d’un tweet ou d’un tableau par exemple. L’avantage ? Les NFT ne peuvent pas être falsifiés. Les artistes exercent donc un meilleur contrôle sur leur travail. Les investisseurs ont de nombreuses raisons d’acquérir des NFT : esprit de collection, soutien aux artistes, espoir d’une belle plus-value à la revente… Les œuvres peuvent atteindre des prix record. Le collage virtuel appelé “Everydays: the First 5.000 Days” de l’artiste Beeple a été vendu chez Christie’s, une très célèbre maison de vente aux enchères, contre 69,3 millions de dollars. Il est devenu par la même occasion l’un des NFT les plus célèbres du monde. 

Quel avenir pour les NFT ?

Les NFT : une bonne nouvelle pour les artistes

Révolution pour certains, aberration pour d’autres… Le monde de l’art se voit véritablement bouleversé par l’arrivée de ces œuvres virtuelles. Une chose est sûre : du côté des artistes, la vente de NFT constituerait un moyen de valoriser leur travail et de créer un lien direct avec les acheteurs. Cela ouvre donc de nouvelles perspectives. L’art devient plus accessible. La technologie blockchain garantit quant à elle la transparence et la fiabilité des transactions. 

Lire également : Comment faire une épilation du maillot ?

… qui se révèle plus problématique pour l’environnement 

Certains artistes hésitent à se lancer dans les NFT à cause de l’impact environnemental de ces dernières. En effet, une controverse autour des NFT prend de plus en plus de place. Vous l’aurez compris : ceux-ci sont vivement critiqués pour le coût énergétique qu’ils entraînent. Le monde de l’art est donc divisé entre les supporters de NFT et les artistes anti-NFT.