Une startup française dynamise la digitalisation du secteur du luxe à l’approche de Noël

Une startup française s’appuie sur la période des fêtes de fin d’année pour développer son outil de virtualisation 3D. De cette façon, son outil permettra aux marques de luxe d’horlogerie ou de cosmétiques d’améliorer l’expérience client à distance pour l’achat des cadeaux de Noël.

L’outil de virtualisation 3D pour les marques de luxe à l’approche des fêtes de fin d’année

À l’approche des fêtes de Noël, une startup française développe son outil de virtualisation 3D et multiplie ces installations. La startup souhaite dynamiser la digitalisation des marques de luxe grâce à son outil, durant l’importante période de Noël.

A lire aussi : Les questions les plus posées aux voyants

Son outil de virtualisation 3D permet d’essayer une montre, un maquillage ou un bijou de manière virtuelle. C’est l’occasion d’essayer les montres Patek Philippe certifiées à distance ou encore les rouges à lèvres originaux. En effet, les marques de luxe de joaillerie, de cosmétique ou d’horlogerie pourront considérablement enrichir l’expérience client à distance et améliorer le taux de conversion en ligne pour la période de Noël. D’autant plus que les fêtes de fin d’année représentent une période cruciale pour le secteur du luxe.

L’amélioration de l’expérience client digitale pour le secteur du luxe

Aujourd’hui, l’enjeu principal des marques de luxe est la relation client à travers l’expérience d’achat. En effet, l’expérience client digitale est au cœur de leur priorité, d’autant plus à l’approche de Noël.

A voir aussi : Comment reconnaître quelqu'un portant des lentilles colorées ?

L’outil de virtualisation 3D mis au point par la startup française permet de manipuler les montres, les bijoux et les cosmétiques. Parmi toutes les opérations possibles, celle qui est emblématique permettait aux clientes d’une marque de cosmétiques de luxe de personnaliser leur rouge à lèvres en gravant à l’extérieur du bloc ou le miroir intérieur. Une fois que la cliente avait renseignée ses informations, la startup française acheminait les informations jusqu’au site de production dans le format souhaité.

La startup souhaite lever des fonds pour déployer son outil

Avec les fêtes de fin d’année qui approchent, la startup multiplie les contrats et espère atteindre un chiffre d’affaires à hauteur de 2 millions d’euros pour son exercice qui se termine en juin. Notamment avec la crise sanitaire actuelle, cette nouvelle manière d’appréhender les produits du luxe s’ancre dans un mouvement dans lequel l’e-commerce s’impose massivement dans le secteur du luxe. L’année dernière, en Chine, 35 % des ventes se sont faites en dehors des magasins physiques et la crise sanitaire accélère ce phénomène.

La startup souhaiterait lever des fonds pour faire face à cette tendance à la hausse en développant son nouvel outil. Elle voudrait, notamment, mettre au point un logiciel lui permettant de verticaliser son offre dans la mode et l’optique.