Comment calculer le coût de l’emprunt ?

Avant de penser à faire un emprunt, il est important de savoir combien cela va coûter. Vous pourriez en connaître le coût en faisant le calcul vous-même. L’on vous indique comment faire.

Prendre en compte les bons paramètres

Il y a certaines données importantes dont dépend le coût de votre emprunt. Cela vous aide à travailler plus objectivement. Vous pourrez alors aller directement lire le contrat d’emprunt pour les retrouver. Il faudra par la suite les noter sur un bout de papier. Chaque détail doit être négocié avant la signature du contrat de prêt. Vous êtes invité à comparer les différentes offres sur le marché également. Il est à noter que certains points dépendent globalement de vous et d’autres de votre créancier potentiel.

A lire également : Comment choisir la meilleure franchise restaurant pizza pour réussir dans ce secteur en plein essor

Le montant emprunté

La somme à emprunter est l’élément dont on parle ici. Cela doit vous pousser à réfléchir sur le montant que vous devez fixer.

Il dépend grandement du projet que vous avez. Vous ne devriez donc pas dépasser votre budget de base. Il faut bien penser le projet pour en maîtriser les implications financières. Ainsi, les fonds du prêt ne seront pas dépensés imprudemment. Cela risquerait d’entraîner un trou dans votre budget que vous ne pourrez pas combler. Puisque ce détail occupe une place importante dans le coût de votre emprunt, il vaut mieux veiller à décider avec la tête froide.

A voir aussi : Pourquoi faire une reconversion professionnelle ?

La durée du contrat

Peu importe le montant, la durée du prêt impacte considérablement le coût de l’emprunt. Si vous avez la possibilité de réduire la durée, l’on vous conseille d’opter pour cette alternative. Cela vous pèsera plus, mais cela diminuera du coup le coût de votre contrat.

Le taux d’intérêt

Le taux d’intérêt est l’élément principal dont vous discutez. C’est en vous basant sur ce détail que vous choisissez souvent les offres de prêt. Pourtant, ce n’est qu’un détail parmi tant d’autres. Il est certes important. Toutefois, il ne permet que de savoir à quel point vous pourriez offrir une belle opportunité à la banque de faire des bénéfices.

La fréquence de remboursement

Si vous remboursez tôt, cela vous fera des économies sur la durée. Aussi faut-il que vous puissiez travailler à rembourser de façon aussi rapprochée que possible. De cette façon, les mensualités descendront et le paiement diminuera. Le capital ne vaudra plus rien après deux ans.

Comment procéder ?

Pour le calcul, vous avez juste à employer la formule classique pour un emprunt hors assurance. Vous allez prendre en compte tous les éléments dont nous avons parlé un peu plus haut. Vous les organiserez de la façon suivante :

Vous mettrez le capital emprunté facteur du taux sur 12 divisé par 1 mois additionné au taux sur 12, racine carrée de 12 multipliée par la durée.

En procédant de la sorte, vous aurez la mensualité à verser durant toute la durée du contrat. Le coût de l’emprunt pourra s’obtenir alors avec une soustraction du capital emprunté de la somme de toutes les mensualités. Vous saurez combien vous avez à sortir de votre propre poche pour combler le vide.

 

Quel salaire faut-il pour emprunter 200.000 et 300.000 euros sur 25 ans ?

Le calcul du montant à financer par le biais d’un emprunt immobilier implique de multiples facteurs : le taux d’intérêt actuel, la durée de l’emprunt, le montant de l’apport personnel et le taux d’endettement autorisé par la banque. Dans le cadre d’un emprunt sur 25 ans, les sommes de 200.000 et 300.000 euros peuvent être évoquées.

La règle de « endettement à 33% » est communément employée par les organismes de crédit. Elle stipule qu’un tiers du revenu du ménage peut être consacré au remboursement de l’emprunt. Sur cette base, on estime que pour un emprunt de 200.000 euros sur 25 ans, le salaire mensuel nécessaire est d’environ 2.500 euros net. Pour emprunter 300 000 euros, le salaire mensuel nécessaire est estimé à environ 3.750 euros net.

Mais attention, cette équation a ses limites. Elle ne prend pas en compte, par exemple, le montant de l’apport personnel, qui peut réduire la somme à emprunter et donc, abaisser le revenu nécessaire. D’autres critères ont aussi leur importance dans la prise de décision des banques : la stabilité de l’emploi, la capacité d’épargne, le comportement bancaire…

Il faut donc garder à l’esprit que ces chiffres ne constituent qu’une ébauche, une première évaluation. Une étude plus approfondie de la situation financière individuelle et de la capacité de remboursement est nécessaire pour déterminer le montant réellement empruntable.