La fiscalité des produits financiers de type CFD

Le CFD pour Contract For Difference ou contrat sur la différence en français est un produit financier célèbre chez les spéculateurs boursiers. Le trading CFD est né à Londres vers les années 90 et a su vite se répandre notamment avec l’arrivée d’Internet. Mais que faut-il connaître en matière de fiscalité avec le CFD ?

Quels sont les avantages et les inconvénients du CFD ?

Les CFD présentent une certaine souplesse en comparaison à un investissement en bourse classique. Le gros intérêt du CFD est son imposant effet levier qui facilite son accès même pour les novices et les petites finances tout en pouvant rapporter gros. Avec le CFD, il est possible de boursicoter à la baisse, on parle alors de « shorter ». C’est une sorte de vente à découvert, ou le trader profite de la baisse d’un produit pour faire des bénéfices.

A voir aussi : Quelle formation pour devenir auto entrepreneur 2021

Mais il n’y a pas que des avantages avec ce produit financier, en effet, il existe un inconvénient à la pratique du CFD. Alors que l’un de ses avantages est l’effet de levier, celui-ci peut vite se retourner contre vous et devenir un inconvénient. Si vous ne faites pas attention, il peut entraîner d’énormes pertes lors d’une variation négative. Les experts en trading conseillent de débuter en bourse pour se faire la main, afin de découvrir les ficelles et les dangers de ce type d’investissement. N’hésitez pas à vous renseigner et pour vous lancer dans les produits financiers de type CFD visitez ce site web.

Les gains CFDs sont-ils soumis à l’impôt ?

Les bénéfices réalisés avec le trading CFD représentent une source de revenus, ils sont donc imposables. Le trading CFD a une fiscalité identique à celle des actions, de ce fait, les gains se voient imposables. La fiscalité est relativement simple, car les CFD sont soumis à l’impôt sur le revenu comme le sont les valeurs immobilières traditionnelles.

A lire également : Notre avis sur Lucky31

Il est nécessaire de reporter les plus-values et les pertes annuelles lors de votre déclaration. En cas de gain, la somme totale est assujettie à une imposition forfaitaire de 15,5 % de prélèvement sociaux.

Quelle fiscalité pour les pertes engendrées ?

Pour toutes les pertes en trading CFD, il suffit d’enlever les profits provenant d’une activité de trading similaire, que ce soient les SICAV ou les actions. Les pertes peuvent être appliquées pendant une durée de dix ans. Toutefois, il existe quelque particularité par rapport à l’imposition des valeurs immobilières traditionnelles. Aucun seuil minimal n’enclenche l’imposition pour les CFD et aucun abattement pour la durée de propriété.